lundi 12 février 2018

Les enfants de cendres, de Kristina Ohlsson


On se retrouve aujourd’hui avec le premier thriller de Kristina Ohlsson, intitulé Les enfants de cendres, un roman que j’ai eu la joie de lire en compagnie de ma petite Julie. C’est toujours un plaisir, et même si cette lecture ne s’est, disons-le clairement, pas tout à fait révélée à la hauteur de mes espérances, c’était quand même un chouette moment de partage. Analyste dans la police nationale suédoise, l’auteur pourrait nous faire profiter de son expérience mais elle nous offre ici une intrigue assez prévisible et des personnages peu sympathiques.

Mais commençons par le commencement. Dans Les enfants de cendres, l’auteur nous propose de suivre une équipe d’enquêteurs suédois chargés de retrouver une petite fille enlevée dans un train. Il y a là Alex, le chef de groupe, enquêteur émérite dont l’expérience n’est plus à faire ; il y a aussi Peder, jeune loup aux dents longues, avide de faire ses preuves ; et puis il y a Fredrika, une enquêtrice civile qui travaille bon gré mal gré avec la police. Un trio pour le moins atypique, dont la cohésion laisse sérieusement à désirer et pour lequel on a malheureusement un peu de mal à ressentir de l’empathie. Kristina Ohlsson prend pourtant le temps de s’attarder sur leurs forces et leurs faiblesses, sur leur profil psychologique, mais pour moi cela n’a pas fonctionné, je ne me suis jamais sentie réellement proche d’aucun d’entre eux, je ne me suis pas reconnue en eux.

Souvent, c’est rédhibitoire, mais curieusement pas cette fois. Car l’intrigue est, dès les premières pages, plutôt intéressante, entre enlèvements, violence faite aux femmes, meurtres et pédophilie. Cela peut paraître assez glauque, mais l’auteur ne va jamais dans le sensationnel. Elle trouve le moyen de confronter le lecteur à toute cette horreur sans jamais vraiment la lui imposer, et il faut reconnaître que c’est un joli tour de force. Malheureusement, cela ne suffit pas, car l’intrigue devient très vite assez prévisible. A tel point que l’on se surprend à refuser d’y croire, à se dire qu’elle nous réserve forcément quelque chose d’autre. Si bien que, quand arrive le dénouement et que ce n’est finalement pas le cas, on ne peut pas s’empêcher d’être un peu déçu. D’autant plus que la fin est vraiment très rapide.

Au final, une lecture plaisante mais qui rejoindra probablement très vite le coin des oubliés. Une plume fluide à laquelle il manque de l’ambition, celle de faire d’un simple roman de gare un grand thriller. J’aurais aimé éprouver davantage d’empathie pour les personnages, me laisser porter par un plus grand suspens et découvrir une vraie fin à la hauteur. C’est raté pour cette fois, mais la suite étant dans ma PAL, je réessaierai probablement dans quelques mois.

Note : ★★★☆☆

Plus d'informations

Les enfants de cendres, de Kristina Ohlsson
Editions J'ai Lu (2012) - 442 pages - Support numérique - Thrillers & Polars

Au milieu d'un train bondé, une petite fille disparaît. En dépit d'une centaine de témoins potentiels, personne n'a remarqué quoi que ce soit. Sa mère était descendue sur le quai pour passer un coup de fil, et n'a pu regagner le train à temps. Affolée, elle a alerté les contrôleurs qui ont gardé un oeil protecteur sur l'enfant endormie. Pourtant, à l'arrivée en gare de Stockholm, la fillette s'est volatilisée. On ne retrouve que ses chaussures sous la banquette... Une équipe de police, assistée par l'enquêtrice Fredrika Bergman, est chargée de l'affaire. Mais quand l'enfant est découverte dans le nord de la Suède, morte, les mots « non désirée » inscrits sur le front, le dossier se transforme en cauchemar : un tueur impitoyable est dans la nature, et la petite Lilian n'est que la première d'une longue liste...

4 commentaires:

  1. Mouais je connais ce ressenti. J'ai parfois du mal aussi quand je compte sur une surprise qui n'arrive pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est étrange, c'est qu'en même temps, la lecture n'était pas désagréable, plaisante même. C'est juste qu'elle ne me laissera sûrement pas un souvenir impérissable. Merci de ton passage, Piplo.

      Supprimer
  2. C'était un vrai plaisir de le lire avec toi :)
    Et j'ai un ressenti vraiment très similaire... ça reste sympa et agréable à lire, mais l'intrigue est trop prévisible ou peu crédible.
    Jolie chronique en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente également, Julie. Il faudra qu'on s'en refasse une très vite. A très bientôt !

      Supprimer