dimanche 4 mars 2018

Sur les rives de l'Art, de Robin Hobb


On se retrouve enfin, après trois longues semaines de silence, avec une chronique de l’avant-dernier tome de la saga Le Fou et l’Assassin, de Robin Hobb. Je ne vais pas encore vous rebattre les oreilles - ou les yeux, en l’occurrence ! - avec l’admiration sans borne que je voue à cet auteur et à son univers, vous finiriez par ne plus me lire. Il n’empêche que c’était un excellent moment de lecture, même si certains chapitres concernant Abeille m’ont, je l’avoue, paru un petit peu redondants. Mais commençons par le commencement.

Sur les rives de l’Art, puisque tel est le titre de ce cinquième tome, reprend donc là où le précédent s’était arrêté. Abeille est prisonnière des Servants, en route pour Clerres. Fitz et le Fou sont en route pour le même endroit, dans un esprit de vengeance puisqu’ils sont persuadés que la petite fille a disparu dans le courant d’Art. Comme dans les volumes précédents, le point de vue alterne entre le père et sa fille, et si j’ai littéralement dévoré les chapitres contés par Fitz, j’ai eu un peu plus de mal avec ceux qui concernaient Abeille. Mais nous y reviendrons.

Ce qui m’a passionnée dans ce roman, ce sont les rencontres entre les personnages de L’Assassin Royal et ceux des Cités des Anciens puis ceux des Aventuriers de la Mer. L’univers de Robin Hobb est extraordinaire parce qu’il est vaste et cohérent. Ses différentes sagas concernent des personnages eux-mêmes différents, rares sont ceux que l’on retrouve d’une saga à une autre, même s’ils existent. Pourtant, si les liens entre Les aventuriers de la Mer et Les cités des Anciens sont très vite évidents, L’Assassin Royal, en dehors d’un personnage clé dont je tairai le nom pour ne spoiler personne et surtout pas ma petite Shy, restait jusqu’ici plus ou moins en marge du reste. Et bien c’est terminé ! Et quand Fitz et le Fou rencontrent Kanaï et Gringalette, ou encore Althéa et Parangon, je tombe en pâmoison !

En parallèle, il y a bien sûr les chapitres avec Abeille qui malheureusement paraissent un peu pâlichons à côté de tout ça. C’est une petite fille curieuse et un peu étrange qui, de ce fait, a toujours vécu ultra-protégée à Frétribois. Précieux otage en tant que fils inattendu, elle n’est plus qu’une prisonnière rebelle et découvre la cruauté des hommes et des Servants en particulier. De tentatives de fuite en affreux châtiments, elle apprend la peur, la haine et l’Art, tout en même temps. En cela, les conseils de Père Loup lui sont précieux, bien que trop rares à mon goût, et au final je n’ai pas réussi à me défaire d’un sentiment de redondance. En clair, c’est un peu longuet tout ça !

Bon, rassurez-vous, c’est un bémol, cela ne m’a pas empêchée d’adorer ce roman, que ce soit dit. D’autant plus que, malgré le nombre de récits que Robin Hobb a écrit dans cet univers, elle trouve encore et toujours le moyen de nous surprendre avec des détails ou des révélations que l’on n'attendait pas. Je pense notamment au vœu de Parangon ou encore au lien entre l’Art et l’Argent. Le dernier tome de la saga, Le destin de l’assassin, est annoncé pour le 21 Mars et j’ai hâte de savoir comment tout ça va se terminer. J’appréhende également, comme à l’époque de la sortie d’Adieux et retrouvailles, et j’espère juste ne pas finir dans le même état, c’est à dire en larmes ! Mais j’ai comme un affreux doute...

Note : ★★★★☆

Plus d'informations

Le Fou et l'Assassin, tome 5 : Sur les rives de l'Art, de Robin Hobb
Editions Pygmalion (2017) - 416 pages - Support numérique - Fantasy

La fille de Fitz, Abeille, a été enlevée par les Servants, adeptes d'une société secrète qui usent de prophéties pour étendre leur influence et augmenter leur richesse. Et Abeille joue un rôle crucial dans leurs manigances. Alors que la jeune fille est traînée par ses ravisseurs sadiques à travers la moitié du monde, Fitz et le Fou, la croyant morte, se lancent dans une mission de vengeance qui les conduit vers l'île lointaine où résident leurs ennemis. C'est de cet enfer dont le Fou s'est échappé, mutilé et aveugle, jurant de ne jamais revenir. Aujourd'hui, il n'est plus aussi impuissant qu'il y paraît. De même, si Fitz n'est plus l'assassin inégalé de sa jeunesse, il reste un redoutable adversaire. Leur but est simple : s'assurer qu'aucun Servant ne survive.

Site de l'auteur : http://www.robinhobb.com/

3 commentaires:

  1. J'ai à la fois très hâte de lire le prochain tome, mais en même temps pas du tout envie, parce que ce sera la fiiiiiin :( !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis comme toi, c'est atroce ! ^^

      Supprimer
    2. Je milite activement pour qu'elle fasse une autre série dans le même univers :p !

      Supprimer