lundi 11 décembre 2017

L'appel du néant, de Maxime Chattam


L’appel du néant est le troisième volet des aventures de Ludivine Vancker, après l’excellent La conjuration primitive et le décevant La patience du diable. Si j’avais adoré le premier, le deuxième m’avait laissé un sentiment plus mitigé car trop redondant, trop prévisible. Alors forcément, avec ce troisième tome, j’attendais l’auteur au tournant. J’avais peur. Peur d’être encore une fois déçue, ce qui m’a fait repousser de quelques semaines la lecture de cet ouvrage pourtant dans ma PAL dès sa sortie. Peur du sujet également, le terrorisme, Maxime Chattam n’ayant jamais caché ses difficultés à venir à bout de ce roman.

Un roman malheureusement dans l’air du temps donc, puisqu’on y retrouve notre gendarme aux prises avec une cellule terroriste. Tout commence pourtant comme une enquête assez classique pour ne pas dire banale. Un cadavre est retrouvé en piètre état sur des rails et il s’avère bien vite que la SR a à nouveau à faire à un tueur en série. Curieusement pourtant, un agent de la DGSI se joint bientôt à l’équipe pour mener les investigations. Il est chargé d’éliminer la possibilité qu’il y ait un lien entre ce meurtre et les agissements d’une cellule terroriste sur notre territoire. L’auteur nous plonge ainsi, en même temps que Ludivine et ses compagnons, au cœur d’une formidable enquête mêlant radicalisation, manipulation et sécurité intérieure.

J’appréhendais de retrouver Ludivine, il faut bien le dire. Elle m’avait tellement tapé sur les nerfs dans La patience du diable, à force de toujours foncer dans le tas sans réfléchir aux conséquences comme une ado de quatorze ans ! Mais il faut croire que de survivre à deux enquêtes plus que périlleuses lui aura mis un peu de plomb dans le crâne, puisqu’on la retrouve avec une humilité flambant neuve et surtout un état d’esprit positif qui fait plaisir à lire et la sort du cliché de l’enquêtrice torturée et geignarde. Malheureusement, il semble que son créateur ait décidé de ne rien lui épargner, puisqu’elle va encore se retrouver en fâcheuse posture, mais ceci est une autre histoire. En tous cas, c’est un personnage que j’ai apprécié, tout comme ses compagnons de la SR et Marc le petit nouveau au tempérament si complexe.

Du côté de l’intrigue, on colle à l’actualité, avec des mentions aux événements de Charlie Hebdo et du Bataclan. L’auteur a fait de nombreuses recherches pour nous proposer une intrigue qui tient vraiment debout et se rapproche au maximum de la réalité. Les méthodes d’investigation de la gendarmerie, les progrès technologiques, la collaboration entre tous les services de police et de renseignement, tout est décortiqué et donne davantage de substance à l’ensemble. C’est passionnant ! Mon seul bémol concerne la manière dont la section de recherche est embarquée dans cette enquête : j’ai du mal à imaginer qu’un tueur en série, solitaire par excellence, mené par ses pulsions, puisse accepter de tuer sur demande pour une cellule terroriste !

Mais en dehors de ça, j’ai passé un très agréable moment de lecture, malgré un sujet difficile. L’intrigue est bien menée, les personnages attachants, et la plume passionnante. Un roman qui ne plaira peut-être pas à tous, mais que j’ai quant à moi beaucoup aimé.

Note : ★★★★★

Plus d'informations

L'appel du néant, de Maxime Chattam
Albin Michel (2017) - 528 pages - Support numérique - Thrillers & Polars

Ludivine Vancker et ses collègues de la section de recherches de Paris enquêtent sur un tueur insaisissable dont les traces ne permettent pas son identification. Lorsque les services secrets français décident de participer à la résolution de l'affaire, les mots tueur en série et terrorisme sont associés.

Site de l'auteur : http://www.maximechattam.com/blog/

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire