mercredi 23 novembre 2016

Harry Potter et l'enfant maudit, de J.K. Rowling, JackThorne et John Tiffany


On se retrouve aujourd’hui avec la chronique d’un texte à haut risque, le script de la pièce de théâtre Harry Potter et l’enfant maudit, de J.K. Rowling, Jack Thorne et John Tiffany. Comment résister à l’appel d’un univers qu’on a adoré tout en sachant pertinemment que la déception se trouve sans doute au bout du chemin ? Pas moyen. Alors on se lance, et puis... oui, on est déçu !

L’histoire s’attache aux pas d’Albus, second fils d’Harry et Ginny dont on fait la connaissance lors de son entrée à Poudlard. C’est un garçon qui souffre de la célébrité de son géniteur, un garçon qui ne se sent pas à la hauteur et de ce fait, ne sait pas comment se positionner par rapport à son père, ni par rapport au reste du monde d’ailleurs. Lorsqu’il échoue à Serpentard en compagnie de Scorpius Malefoy, on devine que les ennuis ne font que commencer... Car à jouer dans les couloirs du temps, les deux garçons vont se retrouver bien près d’anéantir tout ce que l’armée de Dumbledore avait si chèrement acquis.

Sur le papier, l’histoire est plutôt sympa, mais plusieurs choses m’ont paru rédhibitoires. A commencer par la plus prévisible : il s’agit d’un script de pièce de théâtre ! Je le savais avant de commencer bien sûr, mais de nombreuses personnes m’avaient assurée que ce n’était absolument pas gênant à la lecture. Je confirme, ce n’est pas gênant en soi, mais la lecture d’un script composé en majeure partie de dialogues n’a strictement rien à voir avec celle d’un volume de 700 pages avec moult détails sur l’univers et la psychologie des personnages.

En ce qui concerne ces derniers, justement, j’avoue avoir été particulièrement déçue. Albus et Scorpius sont deux gamins attachants qui luttent pour sortir de l’ombre de leurs trop célèbres parents, mais en dehors d’eux, les autres ne sont que de vulgaires faire-valoir. En effet, Harry est la caricature du père de famille complètement dépassé par son pré-ado de fils, Hermione est quasi inexistante et Ron a été transformé en véritable pantin à l’esprit un peu lent et aux blagues complètement crétines. Tout cela est d’un cliché rarement atteint, et pas du tout à la hauteur de la saga de J.K. Rowling.

Quant à l’intrigue, elle n’apporte pas grand-chose de nouveau, et là encore, c’était une réelle déception. Elle s’articule autour de nombreux retours dans le passé, qui nous ramènent sans cesse à des événements auxquels nous avons déjà assisté dans la saga. Alors si malgré tout, j’étais heureuse de retrouver cet univers, je n’en reste pas moins extrêmement déçue par cette lecture. La pièce elle-même doit probablement être plus intéressante, entre le jeu des acteurs, les perpétuels changements de décors et effets spéciaux, mais la lecture de ce script est bien loin de valoir la saga originelle.

Note : ★★★☆☆

Plus d'informations

Harry Potter et l'enfant maudit, de J.K. Rowling, Jack Thorne et John Tiffany
Éditions Gallimard (2016) - 341 pages - Support numérique - Ados & YA

Etre Harry Potter n'a jamais été facile et ne l'est pas davantage depuis qu'il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d'un héritage familial dont il n'a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Site de l'auteur : http://www.jkrowling.com/fr_FR

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire