lundi 23 mai 2016

Immobilité, de C. Sizel


On se retrouve aujourd'hui avec une nouvelle fiction intitulée Traces du passé, de C. Sizel. Comme dans Orion, du même auteur et récemment chroniqué ici, il est question de magie, mais d'une nature bien différente. On suit le parcours de deux jeunes mages qui, bien qu'ayant un passé commun, ont bien du mal à cohabiter au présent. Ileana a été capturée par ceux qu'on appelle les Briseurs, qui l'ont torturée pour user de sa magie. Elle en garde de sérieuses séquelles, en particulier la perte de sa mémoire, et une peur panique de la magie. Vince quant à lui s'était fait une raison : son amie était morte, il lui fallait vivre avec. Mais lorsqu'elle resurgit, la culpabilité et la crainte de souffrir à nouveau s'affrontent en lui, et il préfère la fuir.

Alors que leur communauté vit des heures périlleuses, de plus en plus de mages souhaitant révéler leur existence au monde, ces deux-là ne se simplifient pas la vie. Ce sont deux personnages attachants, chacun à leur manière, et ils sont entourés d'une flopée de personnages secondaires tout aussi sympathiques. En outre, ils évoluent dans un décor de rêve que l'auteur a positionné en Amérique du Sud. En effet, le Mont Roraima existe bel et bien ; c'est un tepuy, un plateau montagneux délimité par des falaises d'environ 1000 mètres de hauteur et situé à cheval sur trois pays : le Brésil, le Guyana et le Venezuela. Un fabuleux endroit où s'installer à l'abri des regards indiscrets, pour cette colonie de mages !

Ce premier épisode tient clairement lieu d'introduction à une histoire beaucoup plus vaste. L'auteur s'attache à nous faire découvrir ses personnages, leur vécu et la manière dont il les a forgés. Elle lève le voile sur la vie de la colonie, et en particulier sur l'apprentissage de la magie. Basée, comme beaucoup d'autres, sur les éléments, cette dernière consiste ici à contrôler les flux d'énergie qui les traversent, de manière à pouvoir modeler le feu, l'eau, l'air et la terre à sa propre convenance. Si tous les mages sont a priori à même, avec un peu d'entraînement, de maîtriser les quatre éléments, certains sont capables de créer la matière, et d'autres de la déplacer. Les mages fonctionnent donc parfois en duo, et c'est cette parfaite symbiose qui unissait dans le passé Ileana et Vince. On comprendra aisément à quel point leur séparation a pu être une déchirure pour le jeune homme.

Bon, c'est bien joli tout ça, mais qu'en est-il de l'intrigue ? N'est-ce donc qu'une banale histoire d'amour ? Il est un peu tôt pour le dire, mais je ne crois pas, non. On devine une dimension politique à cette histoire. La dernière fois que les mages sont sortis de l'ombre par le passé, ils ont été poursuivis et exterminés au cours d'une véritable chasse aux sorcières. Et si leur survie venait à être connue, la guerre entre eux et les démunis pourrait bien recommencer... Le dénouement de ce premier épisode, sous forme de cliffhanger, laisse en tous cas présager le pire. Avec un style tout simple, extrêmement fluide et très agréable, C. Sizel a su m’alpaguer à nouveau à la découverte de son univers, et c'est de plein gré que je m'aventure, toujours plus excitée, sur les traces du passé...

Note : ★★★★☆

Plus d'informations

Traces du passé, épisode 1 : Immobilité, de C. Sizel
Lu sur L'Allée des Conteurs (2016) - 12 chapitres - Lu en numérique - Fantasy


Elle s’est retrouvée aux mains des briseurs et essaye de se reconstruire en se débattant avec ses souvenirs absents et une magie qui la terrorise. Lui survit plus qu’il ne vit, coincé entre la culpabilité et un devoir qu’il s’inflige comme une fuite en avant. Ils ont l’impression de faire leurs choix, souvent par dépit, mais en toute possession de leur libre arbitre... La magie n’a pourtant pas dit son dernier mot...

Site de l'auteur : http://csizel.wix.com/mon-imaginaire

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire