dimanche 3 avril 2016

Carnets noirs, de Stephen King


On se retrouve aujourd'hui avec un de mes auteurs favoris, à savoir Stephen King, que j'ai découvert avec La peau sur les os quand j'étais au collège. Depuis, j'ai lu chacun de ses écrits avec diligence, et son escapade du côté du thriller ne m'a aucunement détournée de lui. Carnets noirs n'est pas à proprement parler une suite à Mr Mercedes, c'est une nouvelle histoire dans laquelle on retrouve les personnages de la précédente, en particulier Bill Hodges, notre officier de police à la retraite.

Le récit débute en 1978 avec un thème assez cher à l'auteur puisqu'il l'a déjà développé à plusieurs reprises, celui d'un écrivain qui décide de prendre sa retraite, non sans déclencher une certaine amertume chez nombre de ses lecteurs. L'un d'entre eux, Morris Bellamy, se met en tête de cambrioler son héros littéraire pour récupérer à la fois ses économies, mais aussi et surtout ses précieux carnets de note qui donnent leur titre à ce second volume. Comme il fallait s'y attendre, cela tourne mal ! John Rothstein, l'écrivain, est assassiné, et Bellamy a juste le temps de cacher le fruit de ce meurtre avant de se retrouver derrière les barreaux.

Bien des années plus tard, en 2010, un adolescent du nom de Pete Saubers, issu d'une famille en grave difficulté financière, met la main sur l'argent et les carnets. Le liquide va secrètement lui permettre de sortir ses parents de la crise, et la lecture des carnets faire naître chez lui une véritable passion pour les écrits de Rothstein. Jusqu'au jour où, poussé par un urgent besoin d'argent, il se met en tête d'en vendre une partie et s'attire des ennuis. C'est là, après plus d'un tiers du roman, que Bill Hodges refait surface... Je dois avouer que cette première partie m'a un peu déstabilisée, je ne m'attendais pas du tout à ça, et les héros de Mr Mercedes, que j'attendais avec impatience de retrouver, finissaient par me manquer. Mais comme souvent, King prend le temps de nous faire faire connaissance avec ses personnages, les nouveaux s'entend.

On passe beaucoup de temps avec Bellamy, au moment du meurtre, puis en prison et enfin quand il en sort en liberté conditionnelle plus de trente ans plus tard ; on grandit aussi avec Pete jusqu'à ce qu'il soit sur le point d'entrer à l'université. Une exposition souvent surprenante pour les novices, ceux qui découvrent la plume de l'auteur, mais qui s'avère au final nécessaire pour nous entraîner ensuite dans l'horreur. Et cette dernière naît cette fois de l'obsession d'un homme pour le héros d'une saga littéraire abruptement interrompue, une obsession qui fait exploser chez lui le voile existant entre la fiction et la réalité. Il en devient complètement fanatique aux dépends du jeune Saubers, bien sûr. On retrouve dans Carnets noirs de nombreux éléments qui font penser à Misery, en particulier dans les relations qu'entretient Bellamy par rapport au livre et à son héros auquel il s'identifie à l'extrême.

Si ce roman ne figurera sans doute pas parmi ceux auxquels on pense immédiatement quand on évoque Stephen King, il n'en reste pas moins un thriller efficace, truffé de références à la littérature américaine et d'interrogations vaguement ironiques sur la société actuelle. Insidieusement, il nous conduit aussi vers le troisième volet de ce triptyque, dont on devine déjà quel sera le grand méchant que Bill Hodges et ses amis devront affronter. Il est annoncé aux États-Unis pour le moins de Juin 2016, et j'ai vraiment hâte de le retrouver chez Albin Michel en français.

Lecture commune avec : Randall, Asatru, Piplo.

Note : ★★★☆

Plus d'informations

Off-Ret Hodges, tome 2 : Carnets noirs, de Stephen King
Albin Michel (2016) - 428 pages - Lu en format numérique - Thrillers et Polars


En prenant sa retraite, John Rothstein a plongé dans le désespoir les millions de lecteurs des aventures de Jimmy Gold. Rendu fou de rage par la disparition de son héros favori, Morris Bellamy assassine le vieil écrivain pour s'emparer de sa fortune, mais surtout, de ses précieux carnets de notes. Le bonheur dans le crime ? C'est compter sans les mauvais tours du destin... et la perspicacité du détective Bill Hodges.

Site de l'auteur : http://stephenking.com/

5 commentaires:

  1. J'approche de la fin de ma lecture et j'aime beaucoup que Mr Mercedes (^-^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'il manque un mot ! Tu aimes beaucoup moins ou beaucoup plus ?!!! lol

      Supprimer
    2. Tu as raison >< et c'est plus bien sûr

      Supprimer
  2. J'ai été un peu plus enthousiaste que toi mais je te retrouve bien sur cet avis. De belles perspectives pour le 3 en effet!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas un coup de coeur, mais j'ai bien aimé quand même ! ;-)

      Supprimer