mardi 1 septembre 2015

La chute des étoiles


On se retrouve aujourd'hui avec une petite chronique du second volume de la saga fantasy de Samantha Bailly, intitulée Oraisons, toujours en lecture commune avec mes comparses de l'Imag'In Café. Composé de 456 pages dans sa version numérique parue aux éditions Bragelonne en 2013, ce roman bénéficie lui aussi en couverture, comme son prédécesseur, de la magnifique illustration de Fred Augis, un habitué de la maison Bragelonne, dont je vous invite à aller admirer le travail sur son Tumblr.

Le récit reprend directement à la fin du tome précédent, La langue du silence, et on retrouve les deux sœurs Manérian là où on les avait laissées. L’une, Noony, est sur le front, en Rouge-Terre, où la guerre fait rage ; l’autre, Aileen, a rejoint les rangs de la résistance en Thyrane. C’est alors que cette dernière apprend qu’elle a été désignée comme étant la promise de l’Ioden, héritier de l’Astracan. C’est l’occasion pour Samantha Bailly de développer son univers à travers les intrigues politiques qui gravitent autour de la succession de Soleil.

Grâce au duo que forment Noony et Alexian, on voyage dans le désert en direction de la capitale, à la découverte des ruines du tout premier temple d’oraison, ruines dont la simple présence a des implications monstrueuses. On en apprend davantage sur les relations entre liés, fort semblables à celles établies par le Vif dans l’Assassin Royal de Robin Hobb d’ailleurs. On comprend mieux ce que représentent les Signes, la manière dont fonctionnent les outils d’oraison, et ce qu’est réellement cette dernière. Parallèlement à ça, on partage les doutes d’Aileen, qui peu à peu tombe amoureuse de l’Ioden, sur l’opportunité de lutter aux côtés de la résistance, ou encore d’assister les érudits de Volplume dans leur lutte contre la toute puissance de l’Astracan.
Marque-page Fantasy
Challenge Dungeon Book Monster

Tous les manques du premier tome sont ici gommés, avec l’expérience acquise par l’auteur peut-être. Je me plaignais d’un manque de profondeur des deux héroïnes, elles évoluent nettement dans cette seconde partie, et en deviennent plus sympathiques et intéressantes. Je déplorais de n’avoir pas suffisamment de détails sur l’univers, ses peuples et leur culture ; je suis ici servie, le monde qu’on nous dépeint tient parfaitement debout, il est immersif et coloré. L’intrigue en elle-même, une fois tous les éléments mis en place, est solide, avec son lot de révélations et de rebondissements. J’ai clairement l’impression d’avoir redécouvert à la fois Samantha Bailly et son univers.

Si certaines ficelles restent un petit peu grosses ou prévisibles, le dénouement tient en haleine, et au final, j’ai passé un agréable moment de lecture en compagnie des sœurs Manérian et de leurs compagnons à deux ou quatre pattes. Une saga qui démarre lentement et de manière un peu superficielle, mais qui gagne en profondeur au fil des pages, jusqu’à nous plonger au cœur d’un intrigue solide et bien construite, dans un univers ma foi original et sympathique. Que demande le peuple ? Si vous aimez la Fantasy, laissez-vous tenter !

Lecture commune avec : Aristide, Jorian, Lysandre & Vidia.

Note : ★★★★☆

Plus d'informations

Oraisons, tome 2 : La chute des étoiles, de Samantha Bailly
Editions Bragelonne (2013) - 456 pages - Lu en format ePub - Fantasy


Le royaume de Rouge-Terre est sur le point d’être envahi. L’armée d’Hélderion est en marche, implacable, avec une seule directive : tout raser sur son passage. Noony, impuissante, ne peut que constater la démesure de son dirigeant, prêt au sacrifice de ses soldats pour exterminer les « impies ». Aileen a, elle aussi, pu entrevoir la folie de cet homme. Elle décide alors de se battre aux côtés des résistants et de participer à l’opération « chute des étoiles ». L’engagement est pris, elle fera tout pour les aider à gagner leur liberté. A des milliers de kilomètres l’une de l’autre, les deux sœurs continuent leur combat désespéré pour un monde plus tolérant et plus juste. Pourtant, l’annonce du nom de la promise du futur Astracan pourrait bien tout changer.

Site de l'auteur : http://www.samantha-bailly.com/

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire