samedi 8 août 2015

Barbe bleue


C'est un ouvrage pour le moins étonnant que celui-ci, une sorte d'ovni dans lequel je me suis lancée sans trop savoir à quoi m'attendre, et en terme de surprise, je n'ai pas été déçue du voyage ! Guillaume Vissac est un jeune auteur réputé pour ses fictions à la fois poétiques et atypiques, et à la lecture de ce premier épisode de Transoxiane, je veux bien le croire. J'ai découvert un auteur à l'univers très particulier, qui nous emmène ici au cœur des transes mystiques d'une chamane sur les traces d'une adolescente disparue.

Misère Balkaï, tel est le nom de notre traceuse, une marginale à la fois à cause de ses transes et de ses voyages en Transoxiane, notre monde intérieur, mais aussi à cause de sa façon de vivre dans une rame d'un RER désaffecté au cœur de la Rouille, et de son caractère direct et entier. Elle est entourée de deux autres paumés comme elle : Yakubu, hacker à la petite semaine, et Pépé, le vieux de la rame d'à côté. Ces trois-là ne sont pas à proprement parler amis, mais ils veillent les uns sur les autres. Même ses transes sont étranges, puisqu'elle les vit à travers les yeux d'Alexeï, l'amour de sa vie qui n'a mystérieusement pas survécu à leur seule et unique nuit.

Dans ce premier épisode, on navigue donc entre la réalité, dans la peau de Misère, et la Transoxiane, dans celle d'Alexei. Ce dernier évolue dans un monde étrange, dont il ne connaît pas les règles, un village dont tous les enfants ont été enlevés et sont retenus prisonniers au cœur d'une gigantesque montagne en forme de colosse. Un voyage un peu psychédélique dont notre chamane tire des indices pour retrouver Maude, l'adolescente disparue. Une lecture qui l'est donc un peu aussi, je ne vais pas prétendre avoir toujours tout compris, d'autant plus que le cerveau de Misère elle-même a son fonctionnement propre : elle fait des liens entre des choses qui n'ont a priori pas grand chose à voir les unes avec les autres.

Difficile d'avoir un avis bien tranché sur cette histoire, très honnêtement. L'univers est étrange, dans le bon sens du terme puisqu'il attise notre curiosité. Misère elle-même est un personnage attachant, elle est un peu bourrue mais profondément humaine, toujours affamée à cause de ses transes qui lui pompent toute son énergie. Alexei dégage une espèce de fragilité qui donne envie d'en apprendre plus sur lui et de le protéger. Mais ce qui prédomine, c'est cette impression de confusion extrême qu'on ressent à passer d'un monde à l'autre, à vivre avec nos héros toutes ces situations très bizarres. L'auteur nous embarque presque de force, et je me retrouve incapable de dire si j'en ai été heureuse ou non. Une curiosité, assurément. Un grand merci aux éditions Walrus.

Note : ★★★☆☆

Plus d'informations

Transoxiane, tome 1 : Barbe-Bleue, de Guillaume Vissac
Editions Walrus (2014) - 110 pages - Lu en format ePub - Fantastique


Misère Balkaï n’est pas une chamane de contes de fées ou de légendes africaines : c’est une traceuse, capable de retrouver ceux qui ont disparu en parcourant les paysages tourmentés de la Transoxiane, notre monde intérieur. Ces transes mystiques lui permettent de subsister comme d’autres font de petits boulots. Un endroit abrité pour dormir, quelques grammes de junkfood, un peu d’herbe pour mieux faire glisser son esprit en Transoxiane, Misère n’a pas beaucoup de besoins, même si la vie ne lui a pas fait de cadeaux. Quand Maude, une adolescente solitaire et amatrice de jeux en ligne, disparaît sur le chemin du collège, certains pensent à une fugue. Misère, elle, sait entendre les âmes : elle sent que la jeune fille est prisonnière quelque part, mais où ? Grâce à quelques affaires personnelles glanées chez la mère, la chamane piste la trace de Maude en utilisant la peau d’une vieille connaissance. Mais cette région de la Transoxiane réserve de dangereuses surprises : labyrinthes, faux-semblants et dents aiguisées, Misère Balkaï devra une fois de plus composer avec les ombres… au risque d’y laisser sa peau.

Site de l'auteur : http://www.fuirestunepulsion.net/

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire