dimanche 18 mai 2014

La pierre

Le siècle des ombres #1, de Eric Corbeyran et Michel Suro

Editions Delcourt (2009)
Format numérique, 50 pages
Fantastique & Horreur








1751. Sous la coupe du pape Benoît XIV, Abeau et Cylinia mûrissent leur projet : éliminer Weltman... Ce dernier, dissimulé sous le nom de baron d'Holbach, un esprit brillant résolument athée, a réuni sous son toit les plus grands penseurs de Paris pour célébrer son engagement au sein de l'Encyclopédie de d'Alembert. Ce même soir, il se voit dérober un bien très précieux : un éclat de météorite.

Ma chronique
Le siècle des ombres est, d'après ce que j'ai compris, une préquelle à la série fantastique Le chant des stryges, série dont je ne suis familière ni de l'univers ni des personnages. C'est donc sans aucun préjugé ni a priori que je me suis lancée dans ce premier tome, intitulé La pierre, qui nous fait remonter le temps jusqu'aux origines des fameuses stryges.

Nous sommes au XVIIIe siècle, le Siècle des Lumières, celui des découvertes scientifiques, de l'avènement de l'esprit critique, de l'opposition à l’Église, des grandes explorations également. Certaines choses demeurent obscures toutefois, des créatures mystérieuses qui œuvrent dans l'ombre, à l'abri des regards indiscrets. L'histoire d'Eric Corbeyran et Michel Suro s'ouvre sur un repas mondain interrompu par un personnage qui vient apporter au maître de maison, le baron d'Holbach, une pierre étrange, éclat de roche extraite d'une mine amazonienne. Cette dernière lui est dérobée le soir même, et il ne reste plus qu'à se rendre sur place pour examiner la roche d'origine.

Interviennent alors deux personnages mystérieux, Abeau et Cylinia, qui œuvrent pour le pape Benoît XIV, et soupçonnent le baron de ne pas être celui qu'il prétend, c'est à dire un philosophe humaniste des lumières, mais un certain Weltman. Tous trois ont des pouvoirs particuliers qui m'échappent encore mais m'intriguent beaucoup. La narration est fluide, le scénario plein de mystères, les graphismes réussis et brillamment colorisés. On a ici des plans variés qui donnent du rythme aux planches, des arrières-plans soignés, c'est agréable à lire. Mention particulière à la couverture que j'ai trouvée juste superbe.

Une belle découverte qui m'a donné envie de lire la suite, bien évidemment, mais également de découvrir les séries connexes, Le clan des chimères qui nous conte l'histoire d'Abeau et Cylinia enfants, et Le chant des stryges, cette dernière se déroulant à notre époque. Encore une fois, merci Kobo et ses bandes-dessinées gratuites !

Note : ★★★★☆
Lu en numérique !

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire