mercredi 25 septembre 2013

Le manuel du serial killer

Lu en numérique !

Présentation

Titre : Le manuel du serial killer
Auteur : Frédéric Mars

Année de 1ère parution française : 2013
Appartient au cycle : -

Lu au format : ePub, 464 pages
Aux éditions : Hachette Black Moon

Quatrième de couverture

Dans deux heures ou trois heures tout au plus, ce garçon sera mort. Je vous raconte la suite ? Les hululements de douleur du môme qui se tient le ventre à deux mains ? Ses convulsions sur le sol de la cuisine familiale ? Les cris de la mère qui découvre son fils déjà quasi exsangue ? Raide comme une batte. Vidé ou presque de son sang, écrasé comme un petit cafard sur le carrelage immaculé. Les yeux du gamin ont cessé de papillonner. Le coma ne va pas tarder à l'emporter. Même avec la meilleure volonté du monde, le médecin ne sera pas sur place avant plusieurs minutes. Et, sans soins immédiats, il va ... Alors, je vous la raconte ou pas, cette suite ? Non. Je vais plutôt vous parler de moi. C'est ça, de moi seul. La mort est en moi. Là, dans ma tête. Elle y a toujours été comme chez elle.

Ma chronique

Dernier livre lu pour mon challenge de l’été 2013, Le manuel du serial killer, de Frédéric Mars, est un ouvrage un peu désarçonnant, et ce pour plusieurs raisons. J’avais découvert son auteur avec Non Stop, un thriller profondément addictif traitant du terrorisme, que j’avais beaucoup aimé, mais c’est un tout autre univers qu’on nous propose ici. C’est l’histoire d’un mec accusé de meurtre suite à la parution, sous son nom, d’une espèce de guide de l’apprenti serial killer. Le truc, c’est qu’il prétend n’avoir jamais écrit ce bouquin !

A partir de là, l’auteur nous plonge dans une ambiance vraiment très bizarre. A cause de Thomas, le héros, pour commencer. C’est un jeune homme au passé trouble, aux souvenirs défaillants, doté d’une caractéristique physique qui le complexe énormément, et qui saigne du nez à la moindre émotion forte ! Atypique, pour le moins. En outre, dès le début de l’histoire, la suspicion s’installe. En lui, parce que rien ne justifie à ses yeux l’intérêt soudain qu’il semble susciter auprès des pontes de l’université ; en nous, parce qu’après tout… on n’est pas né de la dernière pluie, on sent bien que quelque chose se prépare !

Les zones d’ombre sont nombreuses. Ça part un peu dans tous les sens, il faut bien le reconnaître, et on ne sait plus où donner de la tête, ni en qui avoir confiance. La manipulation est omniprésente, c’est comme une chape de plomb qui nous pèse sur les épaules, on la sent, mais on est incapable de déterminer qui manipule qui. Thomas Harris est-il un menteur patenté ou bien la marionnette d’un pervers ? La narration à la première personne finit de nous perdre un peu plus, parce qu’elle lui donne toute l’apparence de la sincérité, mais aussi la possibilité de nous mener en bateau !

De ce côté-là, Le manuel du serial killer est une belle réussite, aucun doute là-dessus. Malgré tout, ce petit côté « un pas en avant, deux en arrière » a fini par émousser un peu de mon intérêt, et je ne suis vraiment rentrée dans l’histoire qu’à partir de la moitié du livre. A trop nager en eaux troubles, on finit par ne plus espérer y voir clair ! Et puis certaines ficelles sont un peu trop grosses pour qu’on adhère sans réserve, et comme on devine parfois rapidement où l’auteur veut nous emmener, mon plaisir a été ponctué de hauts et de bas. De belles idées, un talent indéniable, mais un ouvrage un peu confus d'une manière générale, pour moi en tous cas, et un auteur qui me semble avoir, sur la fin, vaguement cédé à la facilité...

Note : ★★★☆☆

2 commentaires:

  1. Ce livre est dans ma PAL. Ton avis ne me donne pas envie de le sortir avec empressement de ma PAL mais je le lirais c'est sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serais curieuse d'avoir ton avis, tiens moi au courant le jour où ! ;-)

      Supprimer