dimanche 21 juillet 2013

Les impliqués

Lu en numérique !

Présentation

Titre : Les impliqués
Auteur :  Zygmunt Miloszewski

Année de 1ère parution française : 2013
Appartient au cycle : -

Lu au format : Broché, 336 pages
Aux éditions : Mirobole Editions

Quatrième de couverture

Un dimanche matin, au milieu d’une session de thérapie collective organisée dans un ancien monastère en plein coeur de Varsovie, Henri Telak est retrouvé mort, une broche à rôtir plantée dans l’oeil. L’affaire atterrit sur le bureau du procureur Teodore Szacki, las de la bureaucratie inhérente à son poste et de sa vie de famille sans relief. Il rencontre Monika Grzelka, une reporter qui affiche un goût certain pour le flirt, et découvre le pouvoir effrayant de certaines méthodes thérapeutiques non conventionnelles basées sur les mises en scène. L’un des participants à cette session se serait-il laissé absorber par son rôle au point de tuer Telak ? L’enquête de Szacki fera resurgir un assassinat commis vingt ans plus tôt, avant la chute du communisme, et le mènera à des faits qui, pour sa propre sécurité, auraient mieux fait de rester oubliés.

Ma chronique

Drôle d'ambiance que celle des Impliqués ! Peu familière des littératures de l'est, je découvre avec Zygmunt Miloszewski la Pologne de 2005, une Pologne pour ainsi dire en reconstruction, encore très marquée par les dérives du communisme. Teodore Szacki est procureur, il enquête sur un meurtre survenu à Varsovie dans un ancien monastère, suite à une séance de thérapie un peu particulière. D’emblée, ses soupçons se portent sur les autres participants à la séance, ainsi que sur le psychiatre lui-même, mais le chemin est long jusqu’à l’explication finale.

Zygmunt Miloszewski nous plonge avec facilité dans sa Pologne natale. Sous sa plume habile, la ville de Varsovie nous dévoile à la fois la beauté de ses beaux quartiers et des monuments historiques qui ont réchappé à la guerre, mais aussi l’atmosphère moins lisse, plus glauque, des rues plus modestes. Teodore Szacki lui-même, fonctionnaire d’état à la situation professionnelle a priori stable, se révèle extrêmement soucieux de ses dépenses, y compris à l’heure des repas. C’est un personnage en pleine crise existentielle. Marié, père d’une petite fille, il est fatigué. Fatigué de son job dont il perçoit déjà, bien que de manière confuse, l’hypocrisie, mais aussi fatigué de sa vie et de la routine qui s’est installée dans son couple.

Et l’enquête dans laquelle il se lance ne va pas arranger les choses, car les indices sont fort rares et il craint rapidement de devoir classer cette affaire sans suite. On assiste, en spectateur impuissant et passif, aux interrogatoires successifs de chacun des potentiels suspects, ainsi qu’aux recherches que lui et le policier qui l’assiste effectuent à droite et à gauche. Le tout sans le moindre plus petit début de piste, et malheureusement cette situation s’éternise. C’est l’un des reproches que je ferais à ce roman, celui de trop s’attarder sur la description de cette laborieuse enquête sans nous donner suffisamment de grain à moudre. Parce que, en tant que lecteur, on se retrouve exactement dans la même situation que nos deux enquêteurs : le bec dans l’eau !

A la longue, ça finit par lasser, d’autant plus que le dénouement semble finalement tellement facile qu’on en vient à se demander comment ils se sont débrouillés pour ne pas tomber là-dessus avant ! Ça paraît vraiment incroyable, même compte tenu des magouilles de la Pologne des années 70/80 puisque l’intrigue remonte jusque-là. Au final, un roman dépaysant par la découverte de la Pologne qu’il nous propose, un personnage intéressant et attachant par les démons internes qu’il combat, mais une intrigue un peu trop laborieuse, que j’aurais aimé plus dynamique, c’est mon petit bémol.

Note : ★★★☆☆

2 commentaires:

  1. Waouh ! Tu fais chauffer ta liseuse dernièrement. ^^ Je ne connaissais pas ce roman mais les intrigues où seuls les personnages ne remarquent pas les évidences, je préfére passer outre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est parce que je suis en vacances alors c'est plus pratique !

      Supprimer