vendredi 29 juin 2012

Les larmes d'Aral

Titre : Les larmes d'Aral
Auteur : Jérôme Delafosse

Cycle : Aucun - Tomes : Aucun
Date de sortie : 16 mai 2012
EAN : 9782221107614

Présentation de l'éditeur :
Irlande, automne 1994. En plein conflit nord-irlandais, Sinead McKeown, grand reporter de guerre, survit à l'attentat à la bombe qui tue son mari et l'enfant qu'elle porte. Très vite, la police découvre que son compagnon a été sauvagement assassiné à l'arme blanche avant même que la bombe n'explose. Les soupçons se dirigent vers Sinead. Abusivement accusée du meurtre de sa propre famille sous prétexte de liens secrets avec l'IRA, la jeune femme parvient à s'échapper. Fugitive recherchée par toutes les polices, elle n'a désormais qu'un but : retrouver les véritables meurtriers de ce massacre. Et pour cela un seul indice en sa possession : une fiole contenant des paupières humaines ornées de mystérieux tatouages.

Paris, au même moment. Un homme, presque nu et terrorisé, est pris en chasse aux alentours de la gare de Lyon par une patrouille-nuit de la BAC. Sur le point d'être interpellé, il saute dans la Seine. Quand son corps, marqué de plaies nécrosées, est repêché deux jours plus tard, les premières constatations laissent croire au suicide d'un SDF. Mais l'affaire prend une toute autre tournure lorsque les policiers qui ont manipulé le cadavre sont frappés d'un mal étrange. Contre la DST et les experts de la DGSE, Raphaël Zeck, jeune flic du 36 quai des Orfèvres et son adjoint Drago, dit le Serbe, sont chargés de l'enquête.

Ce qu'à ce stade ni Sinead ni Raphaël ne peuvent soupçonner, c'est que leurs deux enquêtes sont liées. Le pacte qui les réunira malgré eux va les plonger dans un monde où le crime naît de croyances ancestrales effrayantes, de manipulations scientifiques terrifiantes et de « secrets Défense » à glacer le sang. Un monde vertigineux au cœur de la folie des hommes, là où les « larmes d Aral » coulent pour l'éternité...

Ma critique :
Jérôme Delafosse est grand reporter. Il parcourt la planète à la recherche des peuples de l’eau dans le cadre de l’émission « Les nouveaux explorateurs » diffusée sur Canal Plus et Travel Channel. Fort de ces expériences passionnantes, il se met à l’écriture et publie en 2006 son premier roman, Le Cercle de sang, un thriller qui raconte l’aventure d’un amnésique qui doit faire face à une malédiction qui traverse le temps. Il nous revient cette année avec Les larmes d’Aral dont il est question ici, et que j’ai eu l’occasion de découvrir grâce à Livraddict et aux éditions Robert Laffont.

Bien qu’habituée à lire du fantastique et de la fantasy, j’affectionne aussi un bon thriller de temps en temps, et il s’avère que ç’en est un ! J’ai particulièrement apprécié la première partie du roman, la manière dont on alterne entre le récit de la tragédie que vit Sinead en Irlande et les balbutiements de l’enquête de Raphaël à Paris. Les éléments historiques ayant trait à l’IRA et au terrorisme islamiste m’ont beaucoup intéressée, c’est une période de l’histoire que je connais assez peu, bien qu’elle soit très proche. Jérôme Delafosse nous propose ici un aperçu bien documenté sans être rébarbatif car il fait pleinement partie de son intrigue.

La seconde partie m’a un peu moins emballée, je l’avoue. Pourtant, les personnages sont finement ciselés, et pas seulement Sinead et Raphaël. Très aboutis, ils sont façonnés par leur histoire, leur passé, ils sont dotés d’un caractère et de réactions qui leur sont propres. Très vite, on les considère comme de vieilles connaissances, on se sent concerné par ce qui leur arrive, on s’inquiète de leur sort. Non, le problème, c’est un peu l’intrigue elle-même, tellement vaste, faisant appel à tellement d’éléments qui n’ont a priori absolument rien à voir les uns avec les autres, qu’on finit par s’y perdre. J’ai lu que certains avaient été désarçonnés par les sigles, s’étaient perdus au sein des organisations gouvernementales, ce n’était pas mon cas. Je ne voyais juste pas où l’auteur voulait en venir.

Au final, l’histoire tient plutôt bien debout et nous réserve même une surprise de taille que je n’avais pas vue venir. J’en garde néanmoins une impression un peu confuse où tout se mélange, la politique, le terrorisme, la science et même un certain mysticisme… Un peu tiré par les cheveux, me direz-vous ? Aucune importance en réalité, parce que l’auteur a su m’embarquer et me scotchée complètement sur les toutes dernières lignes. Quel talent !

2 commentaires:

  1. C'est drôle, pour ma part j'ai préféré la seconde partie - quand enfin les deux protagonistes se rencontrent- à la première, que j'ai trouvé très bien aussi, mais un tout petit peu trop longue. J'attendais le croisement des deux enquêtes avec impatience :)

    RépondreSupprimer
  2. En fait, c'est devenu un peu compliqué pour moi dans la seconde partie. Je ne voyais plus où il voulait en venir, et j'avais le sentiment que je n'aurais eu aucune chance de trouver ça toute seule !!!

    RépondreSupprimer